Breaking Sew!, En Mode...

concours de circonstances

Cela fait déjà plusieurs posts que je mets à l’honneur des modèles de l’éditeur de patron Louis-Antoinette Paris.

Il faut dire que j’aime…à peu près tout ! chez Louis Antoinette.

 

Je trouve que cet éditeur a tout compris. Il sait me parler (avec ce ton décalé qui le caractérise), me proposer des projets sympas et il n’hésite pas à cajoler ses fans sur Instagram. CQFD

Les choses se jouent parfois à un détail, et c’est bien cela qui a fait basculer votre investigatrice-couturière vers le choix de ce modèle, au nom évocateur de légèreté: Plume.

 

Ce qui m’a tapé dans l’œil, c’est la version avec la ceinture, de part et d’autre de la taille.

Et comme cela, d’un seul coup d’un seul, je me suis téléportée directement dans ce joli vaisseau vestimentaire.

Montage sur mannequin pour check assemblage des pièces

 

J’ai choisi de bien contraster les parties de la robe avec un passepoil doré (#OnEnMetJamaisAssez, #GoldIsLife #JamaisSansMonPassePoil) et un crèpe, d’un bordeaux soutenu que je qualifierais d’aubergine.

Le modèle est classé dans la catégorie ‘plutôt facile’ mais je trouve qu’il demande tout de même un peu de méthode et d’expérience.

Les principaux points de vigilance sont listés ci-dessous ainsi que mes conseils:

 

La ceinture : si vous souhaitez mettre du passepoil, il faut vraiment bien prendre son temps et notamment pour gérer le virage de la pointe de la ceinture. Pas si simple de piquer avec les épaisseurs du passepoil à rentrer sur la pointe. On y va piano, quitte à faire simplement point par point, en tournant la molette.

Ne faites pas comme moi, j’avais entouré complètement la ceinture, alors qu’il faut se limiter à la partie à la partie avant de la flèche (si je puis dire), comme ceci :

 

Le zip : avant de le piquer, penser à positionner la ceinture de manière symétrique de part et d’autre pour ne pas se retrouver avec une ceinture dos décalée, ce qui serait vraiment disgracieux.

Bien caler les ceintures face à face!

 

Les épaules : on ne le remarque pas tout de suite mais chaque épaule est constituée de 3 morceaux. J’ai quelques peu hésité pour fermer les épaules. Pour finaliser, Il faut piquer toute la partie manche intérieure à la main. Je n’avais pas compris cela de prime abord.

Sinon, je vous conseille comme d’habitude de bien numéroter chaque pièce, de prendre le temps de bien marquer les pinces.

Pour cela, j’utilise du papier spécial (Burda) qui se décalque sur le tissu, au contact d’une petite roulette crantée. C’est très pratique et hyper précis.

Le papier coûte à peine une petite dizaine d’euros mais est réutilisable de très, très, trèèès nombreuses fois et vous le rentabiliserez facilement.

Ce qui a suivi ce modèle, est un souffle de joie, un véritable tourbillon d’émotions pour moi.

Je sais, j’y vais un peu fort, mais c’est, exactement, ce que j’ai ressenti. Une vague de bonheur intense, comme le sentiment qui suit l’annonce d’une journée à la fête foraine, lorsqu’on est enfant.

Voici donc ce qui suivi la réalisation de Plume.

Mon amie Julie (from London) de passage à Paris, était en week-end à la maison.

Nous marchions nonchalamment dans les rues de la capitale et avions tenté ce jour-là, une incursion en terre, convoitée, et digitalement connue sous un nom évocateur de contes des 1001 nuits.

Arrivée à l’entrée du fashion sanctuaire et si près du saint graal, un samedi après-midi, nous nous sommes vues contraintes de nous immiscer dans une file d’attente digne d’une expo temporaire au Louvre en période de vacances scolaires.

Je n’exagère pas (cette fois) car il nous a été annoncé, 40 minutes d’attente s’il vous plait.

Nous avons pris 2 secondes de réflexion avant de prendre la décision solennelle de renoncer cette attente insoutenable… et avons différé notre virée shopping à une autre occasion, plutôt à ce moment-là.

Essuyant cet affront dignement, nous avons décidé de prendre ombrage aux jardins du palais royal, non loin de là. Et c’est ici que nous avons fait les prises de vues, que voici :

Ciel! mon lacet est défait…

 

 

 

Robe Plume, LAP (jardins du Palais royal -Paris)

 

 

Robe Plume, LAP (Palais royal- Paris)

 

 

Robe Plume, LAP (Palais royal- Paris)

Un mois plus tard, grâce à ces photos, nous remportions le concours de Juin de Louis Antoinette Paris, récompensant la plus belle réalisation du mois.

Juin, c’est aussi le mois de mon anniversaire et je fus plus que comblée.

Julie,  m’avait déjà photographiée pour le modèle « Imagine » et elle a vraiment l’œil pour me mettre en valeur. Merci mon amie.

Le cœur léger, comme portée aux nues par ce succès, modeste évident mais tellement important pour moi. La reconnaissance de ce que l’on créé de ses mains est un sentiment unique et intense.

J’ose imaginer que tel l’effet papillon qui porte son message à l’autre bout du monde, le sillage d’une petite plume, lui aussi, est illimité.

Photo by Paul Gilmore

2 thoughts on “concours de circonstances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *